Laurent Blanc pessimiste sur les chances de la France à l'Euro 2012

Publié le par 90minutes.over-blog.fr

Quinze jours après la qualification de la France pour l'Euro 2012 qui se déroulera en Ukraine et Pologne, Laurent Blanc, le sélectionneur de l'Equipe de France vient d'entammer une tournée des médias. Aprés CFoot, il s'est confié à l'Equipe et au Parisien. Il y fait une sorte de premier bilan et évoque bien évidemment l'Euro 2012, les ambitions de la France, mais aussi la recontruction après Knysna.

 

Laurent Blanc pessimiste sur les chances de la France à l'Euro 2012

 

Peut on parler de pessimisme ou de réalisme lorsque le sélectionneur français Laurent Blanc aborde le sujet de l'Euro 2012 ? Une chose est sûre, la France est qualifiée, et c'est déjà pas mal.  « L’objectif est atteint, on est satisfaits. Il ne faut pas avoir la mémoire courte. Quinze mois après le Mondial 2010 : on revient de très loin. On a commencé très bas. On ne va pas se gargariser, mais on peut être satisfaits » Pour ce qui est de remporter l'Euro, le sélectionneur ne se cache pas et avoue à demi mot que la France a peu de chance d'aller loin « Il faut des grands joueurs et une grande équipe, pour l’instant ce n’est pas le cas. On part de tellement loin, quinze mois après on ne peut pas avoir de grands joueurs et un fond de jeu » . Pour connaitre les chances de la France d'aller loin dans la compétition  «  Il faut attendre le 2 décembre et le tirage au sort. Mais avec ce que l’on peut prendre comme adversaire, si on sort des groupes, ce sera un exploit. On va à l'Euro pour réaliser la meilleure performance possible, mais dire qu'on va gagner l'Euro 2012, ce serait manquer d'humilité.  » Bien partis pour être reversés dans le chapeau 4, les Bleus ont en effet de grandes chances de tomber sur des nations telles que l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre ou le Portugal s’il se qualifie..

 

« Il faut des grands joueurs et une grande équipe, pour l’instant ce n’est pas le cas » 

 

Pour autant, un énorme chantier a été fait depuis qu'il est à la tête de la sélection. A défaut d'avoir un onze type, il possède déja sa colonne vertébrale « On a notre épine dorsale avec Lloris - Méxès - M’Vila - Benzema. C’est déjà pas mal... Je l’ai dans ma tête (Ndlr, l’équipe type) » Pour l'ancien defenseur des Bleus, après Knysna, il n’y avait pas trente-six solutions. « On pouvait dire : les gens ne veulent plus voir ces gens-là ? Allez basta ! Tous ceux qui étaient là-bas, c’est terminé. (...) comme ça, l’opinion publique est contente », a-t-il lancé, avant de poursuivre « Le seul problème, c’est que trois matches après et trois défaites après, les mêmes personnes auraient crié... On veut voir des équipes de France qui gagnent, c’est tout », a-t-il résumé

Droit dans ses bottes, Laurent Blanc a évoqué enfin son avenir. « J’ai signé un contrat de deux ans, renouvelable comme tous les CDD, mais je n’ai pas d’option. (...) Si je dois rester, il faudra qu’il soit prolongé avant l’Euro », a-t-il conclu avant de se laisser plusieurs options. « L’Euro est pour l’instant mon seul objectif. Je n’ai pas de visibilité au-delà. (...) Mais je vous rassure, quoiqu’il arrive, l’équipe de France aura un sélectionneur après l’Euro »  La FFF devra donc savoir si elle compte prolonger l'ancien champion du monde, et ce, avant le début de l'Euro 2012, et peu importe le résultat que fera la sélection nationale.

F.L.

Publié dans Equipe de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article