Dossier : RC Lens - De la gloire a la decadence 2/2

Publié le par 90minutes.over-blog.fr

Apres un resumé historique de cette lente chute du club "sang et or" vers les profondeurs de la Ligue 1 dans notre premier volet de ce dossier, voici la seconde partie. Ce second "Chapitre" va tenter de vous expliquer pourquoi ce club attypique de notre championnat, qui possede certainement les supporters les plus attachant, mais aussi un vrai potentiel public, eprouve aujourd'hui les plus grandes difficultés a retrouver les sommets.

  La valse des entraineurs :

Depuis le titre de champion de France acquis en 1998 avec Daniel Leclercq, le RC Lens en est a son 9eme entraineur en pas moins de douze ans. Pire encore lorsqu'on regarde ces cinqs dernieres années, ou le club artesiens a deja usé pas moins de cinq entraineurs. Cette instabilité a la tete de l'effectif va de pair avec les mauvais resultats du clubs.

Les differents entraineurs de 1998 à 2011 :

Daniel Leclercq 1997-1999

 Joël Muller 2001-2004

 Francis Gillot 2005-2006  

Guy Roux 2007  

Jean-Pierre Papin 2007-2008

Jean-Guy Wallemme 2008-2010

Lazlo Bölöni depuis depuis le 01/2011

Comme on peut le constater, la valse des entraineurs est reguliere ces dernieres années. Rare sont ceux a avoir effectué plus d'un saison, le dernier en date etant Joel Muller qui realisa l'incroyable serie  de trois années consecutives, un vrai exploit. Comment alors peut on construire une equipe, un groupe, un effectif quand celui qui les commande, le capitaine du navire, n'est jamais le meme ? Entre un Guy Roux sorti de sa retraite et depassé, et un Jean Pierre Papin sans experience, le club de la ville minere a voulu faire confiance a un ancien de la maison, mais en vain, il proposera sa demission, accepté par le president Martel, et c'est Lazlo Bölöni, un tres bon entraineur, qui le remplace. Mais la route vers le maintien et la stabilité est encore longue et semée d'embuches.

Un effectif instable:  

Dans ce contexte de changement d'entraineurs, comment un club peut il avoir une construction et une continuité logique dans son effectif de joueurs ? D'autant plus que le club n'est pas au meilleur de sa forme sur le plan financier, et pour preuve, au debut de l'exercice 2010-2011 le Racing Club de Lens est sous controle de la Direction Nationale de Controle et Gestion(DNCG). Pour preuve de cette instabilité, le tableau ci dessous qui retrace les transferts du club lors des deux dernieres saisons et ceux de cette saison 2010-2011.

Des recrues qui arrivent au mercato estival et qui reparte six mois apres lors du mercato hivernal, voila comment les RC Lens remplissaient les colonnes transferts des quotidiens sportif francais. Cette instabilité dans l'effectif coincide avec l'instabilité sportive.

Les jeunes espoirs quittent le club :

Si aujourd'hui Gael Kakuta (en pret a Fulham) est un joueur de Chelsea, il en a pas toujours été ainsi. En effet, le jeune joueur né en 1991 à Lille à rejoint en 1999, alors qu'il n'a que sept ans, il rejoint le RC Lens puis le centre de préformation de Liévin. Mais en 2007, il quitte le club artesien pour rejoindre Chelsea qui est convaincue que ce jeune joueur a du talent, ce qui s'averera par la suite vrai. C'est Guy Hillion qui l'integre a l'equipe reserve, et il se fait vite remarquer, integrant alors l'effectif proffessionnel. En septembre 2009, le joueur est supendu de toute compétition pour une durée de quatre mois. La raison ? Un litige entre son club formateur et Chelsea, le RC Lens reclamant que le joueur réintegre son effectif car le depart du joueur n'est pas legal. L'UEFA tranchera, et oblige Chelsea a indemniser le Racing, qui touchera (seulement) 3 millions d'euros.

Autre joueur a avoir fait ses armes au Racing Club de Lens, Thimothée Kolodziejczak "Kolo", aujourd'hui a l'Olympique Lyonnais. De la meme generation que Kakuta avec qui il a fait sa formation, lorsque le RCLens lui propose de signer un contrat pro, le joueur refuse. Quelques jours plus tard, il signe un pret avec option d'achat avec Lyon, avec pour but de supléer Fabio Grosso. Lyon voyant le potentiel du joueur ne se prive pas de lever l'option d'achat qui s'eleve a 3 millions d'Euros. Voici un nouvel espoir qui quitte definitivement le RC Lens.

Ces deux pertes de jeunes joueurs ont peut etre appris au club a faire confiance à leurs jeunes. En effet, le jeune Raphael Varane, qui n'a que 17ans, est aujourd'hui un joueur incontournable de la defense lensoise. le joueur a fait une ascenssion fulgurante, apres avoir rejoint le club en 2002 il parcourt toutes les catégories, et en 2010 le club lui propose un contrat professionnel de trois ans, qu'il signe. Il est deja surveillé de tres pres par les grands clubs européens, mais sans nul doute que Gervais Martel fera tout pour le conserver.

La montée en puissance du voisin Lillois :

Si le RC Lens a ces dernieres années régréssé, son voisin lillois quant a lui retrouve le lustre d'antan. Et cela se confirme cette saison avec des dogues qui sont leader de Ligue 1 et qui file droit vers un titre de champion de France. Le club de "l'autre" Seydoux, Michel, se structure depuis les années Graille-Halilodzic, qui feront remonter le club parmis l'elite. A contrario des sangs et or, les lillois connaissent une stabilité sur le poste d'entraineur. Là ou les lensois ont utilisé six entraineurs depuis  2002, les lillois eux n'ont utilisé que trois entraineurs, Vahid Halilodzic (1998-2002), Claude Puel (2002-2008) et Rudy Garcia depuis 2008. Cette stabilité a permis au club de construire un vrai groupe, un vrai collectif, et une vrai identité sur le plan du jeu du LOSC, toujours avec une optique d'evolution, le président Seydoux allant meme jusqu'a decrire le jeu lillois comme "du foot champagne" avec R.Garcia. L'effectif lillois comptent aussi de jeunes joueurs, de jeunes pepites tel Eden Hazard. Outre les resultats et le classement, le LOSC grandit sur le plan economique et structurel. Si le club a du se delocaliser de Grimonprez-Jooris en 2004-2005 pour aller jouer au Stadium Nord Lille Metropole de Villeneuve d'Ascq, le club a toujours voulu agrandir son enceinte. Si dans un premier temp le club voulait rénover Grimonprez, c'est finallement la construction du Grand Stade qui sera choisit comme autre solution, suite a des decisions judiciaire d'interdiction de construire Grimonprez-Jooris II. Le Grand Stade devrait voir la fin de sa construction pour la saison prochaine, d'une capacité de plus de 50 000 places, cela en ferait un des plus grand stade de l'hexagone. Ce stade serait par la billeterie une mane financiere non negligeable. Cette reussite sportive et economique fait du LOSC le club de demain, et sans nul doute que les joueurs ne sont pas inssensible a la capacité du club d'evoluer, alors que Lens lui ... fonce droit dans le mur.

En conclusion de ce dossier concernant la lente descente du RC Lens, cette equipe qui a connue la gloire a la fin du XXeme siecle, et qui connait actuellement de grandes difficultés, risquant sans doute de quitter une nouvelle fois l'elite du foot francais. Pour expliquer cela, plusieurs raisons, mais toutes se rassemblent sur un seul terme : l'instabilité. Instabilité des dirigeants (entraineurs), qui realisent tout au plus deux saisons en Artois. L'instabilité des effectifs, qui n'a de cesse de changer au fil de la / des saison(s). Mais aussi incapacité a conserver ses meilleurs jeunes. e plus, le club doit faire face a la montée en puissance du voisin lillois qui revient au premier plan de la scene francaise et européenne. Le club de Gervais Martel se doit de réagir, et vite. Lui qui déclarait encore qu'il ne s'inquiétait plus sur le bilan financier, peut encore etre inquiet du bilan sportif ...

F.L.

Publié dans Ligue 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article